GRP RAIDAPTE 2021

GRP RAIDAPTE 2021

Un mixte de plaisir et de défis, la version 2021 du GRP Raid’Apte a tenu ses promesses !
13 15 au départ sur 3 courses et 13 15 finishers sur les 26 jambes à l’arrivée… Et les 13 supporters y sont pour quelque chose, un grand merci à Lilou, Lisa, Flo, Sophie, Marie, Ohona, Mali, Laura, Erine, Lyly, Carole, Mïa et Madi pour l’énergie transmise. Personnellement (JF) de vous voir au ravito Fabian après 4h de course m’a plus boosté que les 3 tranches de saucissons et le tuc, c’est dire. Se revoir encore à Bielsa puis courir au pont du Moudang avec Flo et Aurel m’a catapulté vers l’arrivée…


Jour 1 – Jeudi – Départ de la Moudang : Très beau parcours, varié qui alterne, sous bois, chemin rocailleux, pentes raides et herbeuses, lacs, suivis de ruisseaux et de superbes passages en altitude, je pense en particulier au « port de Bataillence », une très belle brèche. En direction du col du Portet à 8h30, la vue au dessus de la mer de nuage restera un super souvenir de cette course. Il y avait aussi du grand chemin doux et peu pentu, mais quand ça dure 13 km après en avoir fait 50, j’étais content d’en avoir gardé sous le pied pour le vivre avec plaisir. Le coup de mou redouté n’est pas arrivé, j’ai entendu les cloches de Saint Lary, il est 19h… je me souviens encore du gout de ma bière à l’arrivée. Belle orga ! Jef


Jour 2 – Vendredi. Nous sommes 9 au départ de La Néouvielle : Mica, Fabrice, David, Christophe, Aurel, Emeric, Romain, Brice et moi (Françoise). Chacun a sa recette magique pour être sur les starting-blocks. Soupe au riz pour Aurel, pâtes pour grand Fab, cocktail multi céréales pour Christophe et on ne sait pas tout ! Christophe est d’ailleurs devenu notre coach nutrition. « On va éviter les lentilles la veille du départ ». Au fait Romain t’as mangé quoi au p’tit déj’ ?.. 🙂
3, 2, 1 c’est parti et Fabrice prend déjà le large. Après le col du Portet, nous traversons de très beaux paysages, le temps est au beau fixe, le parcours plus simple que celui de La Gela (pensées pour Oliv, Phil et Amélie impatients d’en découdre) et je prends vraiment plaisir à être dans la montagne !! Bientôt, je rejoins BFM’Ric, boosté par le bout de chemin qu’il vient de faire avec son fils au col du Portet. BFM’Ric qui arrive à boire, manger, relacer ses chaussures, prendre des photos, courir et répondre à ses messages en même temps. Incroyable cet Emeric ! Il me tient au courant en direct live de l’avancée de tous les Raid’Apte, Fab, Christophe, David, Aurel, sont déjà arrivés. Bravo les gars, des métronomes, vous êtes trop forts. Il me reste un bout de chemin à faire. La descente est un peu longue et je comprends mieux l’intérêt des séances au pont ! Le clocher de Vieille Aure apparait, les supers supporters sont là, présents à l’arrivée, à fond et enthousiastes, beau moment ! Comme a dit quelqu’un de pas connu sur le parcours, « au GRP, le plus important, c’est le mental et le saucisson ». Je rajouterais bien « et les supporters Raid’Apte ».
Brice et Romain sont déjà arrivés. Brice, pas de prépa, frais comme un gardon, soupçon de dopage. Romain, un peu moins frais, t’avais mangé quoi au fait au p’tit déj Romain ? 😉 . La tête d’affiche Raid’Apte, Fabrice a confirmé sa réputation d’aller jusqu’au bout du bout du bout avec un petit moment de faiblesse quand même pour le colosse après avoir passé l’arche d’arrivée (8-6 de tension, fallait pas moins quand même). Spéciales félicitations à lui : 6h40 !
Pour finir, une nouveauté cette année, l’organisation avait prévu un ravito mobile sur la Néouvielle : Mica, qui a ravitaillé de nombreux participants au bord de l’hypoglycémie en saucisson et autres dérivés énergétiques en tous genres (véridique).
Je garderai un très beau souvenir de cette semaine dans les Pyrénées, des belles balades, de l’ambiance sympa et de ce cru GRP 2021 ! A refaire les Raid’Apte.
Françoise


Jour 3 – vendredi – départ de la Géla. Amélie et Philippe sont motivés, Olivier coaché par son copain Nico et boosté par la bière qui l’attend à l’arrivée.
Je les laisse raconter leurs expériences :
C’était le baptême du feu pour moi cette Gela! Un beau challenge à relever avec une prep en Vendée mais la régularité de l’entraînement, le fractionné avec Simon et l’entraînement plus spécifique avec les copains de Raid’Apte à la Baffardiere ou au pont des souffrances ont payé! Sans compter les tuyaux de ceux qui nous avaient précédé sur ce parcours il y a deux ans. Je suis ravie d’avoir partagé un bout de cette aventure avec mon collègue Oliv’ et son pot Nico.
Je dois ce beau chrono à mon Philou qui m’a accompagné et fût un lièvre ou plutôt un sacré isart à suivre… d’assez loin en descente quand même!
Et bien-sûr tous les encouragements de près ou de loin qui boostent à fond.
J’ai vraiment savouré ce beau cocktail d’énergie que m’a offert Raid’Apte et le GRP. Je garde les panoramas sublimes des montagnes, le levé de soleil, les sourires en sueur. Cette épreuve me conforte tout à fait dans cette discipline car le plaisir et les jambes ne m’ont pas lâché du départ à l’arrivée !
Big Up pour le carton plein réalisé ensemble ce week-end, on est tous finisher, on est tous Raid’Apte !
Amélie

Grâce à Raid’Apte (et à Amélie), j’ai pu faire mon premier trail en montagne (j’en étais resté à la bicentenaire de la Roche sur Yon). La marche était haute avec 43km et 3300 mètres de dénivelé positif ! Objectif : être finisher sur la ligne d’arrivée avec Amélie et bien vivre le moment. Objectif largement dépassé avec beaucoup de plaisir, pleins de sourires et d’encouragement (quelques gouttes de sueur tout de même), 10h03 d’aventure et une superbe expérience personnelle et collective. Merci Raid’Apte!
Philippe


L(es) anecdote(s) en quelques mots : j’ai nourri quelques coureurs. Un premier crampé après le col du Portet (aller). Puis d’autres qui, m’ayant entendu dire que j’avais de la bouffe plein le sac (ce qui ne t’étonnera pas) me demandait s’il me restait des trucs 😉 Avant ça, j’avais filé deux épingles à nourrice à une fille (Marie-Sophie) au refuge de Bastans (?), et j’ai ensuite fait un bon tiers de la course avec elle avant d’avoir un coup dur et de la laisser filer (super rencontre, on a bien rigolé, ça a gentiment chambré et encouragé. D’ailleurs elle arrive près d’une heure avant moi mais m’a attendu pour me rendre les épingles). Deuxième super rencontre, j’ai retrouvé mon crampé (Bilal, Stéphanois comme moi, prof d’EPS de 26 ans) plus tard au dernier ravito et il m’a proposé d’essayer de finir la course ensemble. On a fait la dernière montée ensemble (motivant) puis les 12-13 km de descente ensemble. J’allais mieux et lui était vraiment dans le dur niveau douleur aux guiboles (crampes) alors je l’ai attendu jusqu’au bout dans la descente (je pouvais encore courir, lui non). Après Vignec, il m’a dit de filer et on s’est retrouvé à l’arrivée.
En deux mots :
– ma réputation de mangeur (qui partage) est maintenant faite jusque dans les Pyrénées (ça c’est pour le côté rigolo)
– j’ai adoré faire environ deux tiers ou trois quarts de la course avec deux inconnu-e-s avec qui j’ai pu partager de chouettes moments.
Et bien sûr, pour moi, le moment le plus fort, c’est l’arrivée avec tous vos encouragements, Carole, Mïa et Madi là aussi. Finir la course en tenant la main de Mïa, sous vos applaudissements et encouragements était un moment hyper fort.
Mica

By | 2021-09-04T18:42:15+02:00 4/09/2021 - 13:57|Compte Rendu, Section Sport Nature|0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X